Skip to main content

Plagiat, droit d'auteur, paraphrase, copier coller etc.

Mal

Plagier, c'est, selon le dictionnaire Le Petit Robert: "copier [un auteur] en s'attribuant indûment des passages de son oeuvre".

Synonymes = copier, contrefaire, imiter, piller, emprunter, reproduire, voler etc...

Il s'agit donc, consciemment ou non, de s'approprier la production d'autrui, tout ou partie, et de la présenter comme sienne, sans citer ses sources.

Le plagiat peut prendre plusieurs formes:

  • le fameux ctrl C / ctrl V ou "copier-coller"
  • la non moins fameuse paraphrase: reformuler des idées originales, avec ses propres mots
  • l'auto-plagiat, le fait d'utiliser son propre travail réalisé antérieurement mais sans le citer 

Et le plagiat peut concerner tout type d'oeuvre originale:

  • un texte, la traduction d'un texte
  • une image, une photographie, une peinture, un graphique...
  • des données chiffrées
  • un cours pour lequel on n'a pas obtenu l'autorisation de citation par le professeur

La mauvaise nouvelle: plagier est grave au regard de la déontologie et puni par la loi. La bonne nouvelle c'est que ce guide est destiné à vous sensibiliser à la question et à vous permettre d'acquérir les bonnes pratiques pour citer vos sources, LA seule façon de vous prémunir du plagiat.

Interdit

L'université d'Aix-Marseille a adopté, le 27 novembre 2012, une Charte relative à la lutte contre le plagiat dans les travaux universitaires : thèses, mémoires, articles, supports de cours, ...

Dans son article 1, alinéa 3, la Charte stipule  : 

"Le plagiat constitue à la fois la violation la plus grave de l'éthique universitaire et est un acte de contrefaçon. C'est un délit au sens de l'article L 335-2 du code de la propriété intellectuelle."

Elle ajoute, article 5 :

"Les cas présumés de plagiat feront l'objet de poursuites engagées par l'Université davant les instances compétentes, et leurs auteurs seront passibles de sanctions disciplinaires.

Ces violations des droits de propriété intellectuelle pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires."

 

Pour lutter contre le plagiat, l'université d'Aix-Marseille s'est dotée d'un logiciel du logiciel antiplagiat URKUND, "système totalement automatisé de lutte contre le plagiat. [...] Le système Urkund vérifie tous les documents par rapport à trois sources principales : (1) Internet, (2) les publications, (3) et les documents précédemment transmis par les étudiants (comme les mémoires, les études de cas et les travaux d’examen (thèses/dissertations)".

Voir le "Manuel sur le plagiat URKUND : conseils pour les étudiants

Inutile/contreproductif

En plus de contrevenir au droit d'auteur (dimension juridique) et à l'éthique scientifique (dimension déontologique), le plagiat peut se révéler contre-productif pour celui / celle qui s'y livre. En effet, le risque disciplinaire (annulation du diplôme, interdiction de se réinscrire dans un établissement d'enseignement supérieur) est loin d'être le seul.

  • Le fait de rendre un mémoire universitaire est partie intégrante de la formation. Le / la plagiaire se prive d'une partie des apports de la formation validée par le diplôme.
  • Un plagiaire sera sujet à la suspicion sur l'ensemble de ses travaux, entraînant ainsi la remise en cause de ses connaissances et compétences.
  • Le plagiat nuit à la crédibilité scientifique des travaux du / de la plagiaire, et empêche le lecteur d'accéder à des sources qui pourraient autrement enrichir sa propre réflexion.