Skip to main content

Open access

Tout savoir sur l'Open Access à Aix-Marseille Université

A priori n°1 : Je n'ai pas le droit de déposer

De fait, 67 % des éditeurs acceptent le dépôt des articles dans une archive ouverte (pre-print = pré-publication ou post-print = post-publication, version auteur acceptée pour publication, sans la mise en forme typographique de l'éditeur). Certains éditeurs acceptent ou recommandent le dépôt de la version publiée (PDF éditeur).

Bon à savoir : Lorsque vous déposez un article dans HAL, le formulaire affiche automatiquement les types de dépôts autorisés par l'éditeur ou la revue.

A priori n°2 : Je n'ai pas le droit parce que l'éditeur a tous les droits

Deux cas se présentent lorsque l'on a publié ou va publier dans une revue commercialisée :

  • Le contrat n'inclut pas de cession exclusive des droits d'auteur : l'auteur est libre de publier la prépublication de son article.
  • Le contrat comprend une cession des droits : l'auteur a la possibilité de demander à l'éditeur l'autorisation de déposer une version de son article (à définir avec l'éditeur), avec ou sans délai.

Bon à savoir : Le contrat entre l'auteur et l'éditeur est négociable et modifiable, même après la signature.

A priori n°3 : Les "bonnes" revues ne tolèrent pas le dépôt

74% des éditeurs autorisent le dépôt d'articles dans des archives ouvertes, et les revues les plus prestigieuses aussi :

  • Nature autorise le dépôt des versions auteur des articles (avant validation par les pairs), et, dans certains cas, des post-prints
  • Science autorise le dépôt des versions auteur (pre-print) et des versions validées pour la publication (post-print), tout comme Tetrahedron

Bon à savoir : Pour savoir quelle est la politique de la revue dans laquelle vous souhaitez publier, consultez Sherpa/Romeo.

A priori n°4 : Ca n'est pas utile, je dépose déjà dans Researchgate ou Academia

Contrairement à HAL, financé par des fonds publics, ces réseaux sociaux sont des initiatives privées à but lucratif. On peut donc s'interroger sur la pérennité des données : les fichiers déposés sur ces plateformes seront-ils accessibles dans 10 ou 20 ans ? La gratuité de l'accès et des services est-elle garantie à long terme ?

Bon à savoir : HAL et les réseaux sociaux peuvent être utilisés de manière complémentaire, si vous déposez vos fichiers dans HAL (= pérennité des formats, archivage du CINES, gratuité), et faites un lien vers eux depuis ResearchGate ou Academia.edu.

A priori n°5 : Je risque d'être plagié

Tout document déposé dans HAL est protégé par le droit d’auteur. La date de dépôt atteste l’antériorité scientifique, et un identifiant unique garantit la paternité de l’article.

Bon à savoir : En fait, plus un article est visible, plus il est risqué de le plagier.

A priori n°6 : Je vais mettre les éditeurs en faillite

Aucune des études menées sur le sujet ne le confirme. L’étude européenne PEER (2008-2012), associant notamment l'INRIA, l'European Science Foundation, Max Planck Society, le CCSD et de grands éditeurs scientifiques (Elsevier, Wiley, Springer, BMJ, Nature, etc.), montre que l'accès ouvert n'a pas d'effet négatif sur le modèle économique des éditeurs. La même étude révèle au contraire une augmentation sensible du nombre de téléchargements d’articles sur les plateformes des éditeurs (de 7,5 à 15,5 % selon les disciplines).

Bon à savoir : Il est possible de déposer un article immédiatement dans HAL et de paramétrer une diffusion différée (embargo), qui s'activera de façon automatique au terme de la durée choisie.